Présentation

 

Le Programme Filets Sociaux Productifs (PFSP) est une initiative du gouvernement ivoirien qui a bénéficié en 2015 d’un appui technique et financier initial de la Banque Mondiale. Il intervient dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Protection Sociale (SNPS) adoptée en mai 2014 (axe 1 : Amélioration du niveau de vie des plus pauvres). Il consiste en l’octroi, sur trois (03) ans,  d’allocations trimestrielles non remboursables d’un montant de 36 000 F CFA (soit 144 000 F CFA par an). Le mécanisme de paiement utilisé est le paiement électronique au moyen des téléphones portables offerts aux ménages vulnérables concernés. 

Rentré en vigueur en août 2015 pour la période 2015-2020, la phase I du programme, visait l’amélioration des conditions de vie des ménages ciblés parmi les plus pauvres du milieu rural, tant du point de vue de la consommation, que de l’accès aux services sociaux de base. Il s’agit de zones abritant en effet, les régions de forte prépondérance de l’extrême pauvreté, selon les données de l’Enquête sur le Niveau de Vie des Ménages (ENV 2015).

Pour cette première phase, le budget du programme était estimé à 29,5 milliards de F CFA dont 76% est dédié aux allocations trimestrielles de 36 000 F CFApayables jusqu’en octobre 2020 pour la première cohorte 35 000 ménages, via la téléphonie mobile (Orange Money).

En janvier 2019, le nombre de bénéficiaires du programme a atteint les 50 000 ménages avec la prise en compte d’une deuxième cohorte de 15 000 ménages dans le cadre d’une phase d’extension initiée avec les économies réalisées. Ces 50 000 bénéficiaires étaient repartis entre  882 villages de seize (16) régions. Il s’agit, notammemnt des régions du Tonkpi, du Gbêkê, du Kabadougou, du Worodougou, du Béré, du Hambol, du Bounkani, du Poro, du Tchologo, de la Bagoué, du Folon, du Bafing, du Haut Sassandra, de la Marahoué, du Iffou et du Belier.

Au cours de la même année (2019), le programme a été inscrit comme l’une des 12 mesures phares à impact large et rapide du Programme Social du Gouvernement (PSGouv 2019-2020), afin de poursuivre son extension dans le cadre d’une phase 2. Pour ce faire, outre les ressources propres budgétisées par l’Etat, il a bénéficié d’un financement additionnel de la Banque Mondiale de 58,4 milliards de F CFA pour la période 2020-2024.

Ce financement, dans le cadre de la poursuite de la phase d’extension, a permis d’étendre le programme au milieu urbain en prenant en compte une troisième cohorte de 77 000 bénéficiaires supplémentaires dont 22 000 en milieu urbain et 55 000 en milieu rural. Outre les 16 premières régions bénéficiaires, ces ménages ont été répartis dans cinq (05) nouvelles régions (Loh-Djiboua, Moronou, N’Zi, Grands Ponts et de Indénié Djuablin), en ce qui concerne le milieu rural et cinq (05) communes chefs-lieux de région, pour ce qui est du milieu urbain (Abidjan, Bouaké, Daloa, Bondoukou et Korhogo). Concernant cette zone (milieu urbain), le paiement des transferts se fait avec l’Opérateur Wizall Money.

En septembre 2020, le programme a amorcé une phase de couverture nationale (phase 3) grâce à la mobilisation d’un appui budgétaire de 14 milliards de F CFA auprès de la Banque Africaine de Développement (BAD) et un financement du trésor estimé à environ 6 milliards de F CFA. Ces financements additionnels ont permis la prise en compte de 100 000 nouveaux ménages (cohorte 4) dont  20 000 sont issus du milieu rural, notamment les neuf 9 régions non encore prises en compte (Guémon, Cavally, Goh, Nawa, Gbôklê, San-Pedro, Agnéby-Tiassa, Mé et Sud-Comoé) et 80 000 du milieu rural, précisément dans les 108 communes chefs-lieux des départements au plan national.

Répartis sur l’ensemble du territoire national (toutes les 31 régions sont couvertes), ce sont, au total,  227 000 ménages bénéficiaires qui sont couverts par le programme, à ce jour ; dont 125 000 dans plus de 1800 villages  en zone rurale et 102 000 en zone urbaine.

Sercom UGP-FSP